VALORANT selon un non-joueur de FPS

écran d'accueil VALORANT

VALORANT, annoncé sous le nom de Projet A dans la vidéo des 10 ans de Riot Games, est le nouveau bijou des créateurs du jeu multijoueur le plus joué au monde, League Of Legends. À mi-chemin entre deux pionniers du FPS sur PC, Counter:Strike et Overwatch, VALORANT est un jeu de tir pensé et optimisé pour le jeu compétitif. Entre joueurs professionnels et jeu le plus regardé de Twitch depuis plusieurs jours d’affilée, VALORANT est en bonne voie pour devenir la prochaine référence du jeu de tir compétitif.

Du haut de mes 50h de CS:GO et de ma visée inexistante, comment ai-je ressenti mes premières dizaines d’heures ?

Closed Beta VALORANT

Comment j'ai eu ma clé

Petite remise en contexte pour ceux qui ne suivent pas encore le jeu. VALORANT est actuellement en bêta fermée et en partenariat avec la plateforme de streaming Twitch. Pour avoir une chance d’obtenir une clé, il faut lier ses comptes Riot Games et Twitch puis regarder au minimum 2 heures d’un stream de VALORANT ayant la mention « Drops activés ! ». Si en théorie, chaque heure regardée augmente le pourcentage de chances d’avoir une clé, les détails restent encore inconnus à ce jour. Ce système a été pensé pour encourager les streamers à s’essayer à VALORANT, mais aussi pour que les futurs joueurs puissent avoir un arrière-goût des mécaniques proposées dans le jeu.

Ce faisant, dès l’annonce des drops, j’ai foncé sur les streams, comme des dizaines de milliers d’autres. Dû au fuseau horaire réunionnais, la nuit ici correspond au jour aux États-Unis, qui concentrait au début la majorité des streamers permettant les drops de clés. Ce faisant, je restais tard la nuit avec un stream en fond pour augmenter mes chances. Durant mon sommeil, je laissais mon téléphone tourner au minimum de luminosité et sur un stream qui ne s’arrêtait jamais. Si je peux vous conseiller des streamers, ce serait ZeratoR et Etoiles si vous laissez le son, Lutti, Pokimane ou MoMaN si vous enlevez le son. J’apprécie tous ces streamers autant les uns que les autres, mais je trouve que certains sont juste plus simples à écouter en fond que d’autres.

Au bout d’environ 3 jours complets à « regarder » des streams, j’ai vu dans mes notifications la fameuse annonce : 

En regardant Riot Games jouer à VALORANT, vous avez reçu : VALORANT

Et alors commence un tout nouveau combat, télécharger et jouer au jeu.

Téléchargement du jeu et ses problèmes

Dropper une clé c’est bien, maintenant il faut installer puis jouer au jeu. Après avoir regardé des heures de stream d’affilée, ça ne peut être bien compliqué, n’est-ce pas ? Eh bien détrompez-vous, car c’est probablement l’étape la plus complexe.

On commence par télécharger le launcher du jeu. Sur le mail que nous envoie gentiment Riot Games se trouve un gros bouton « Download », qui me redirige vers le site officiel, playvalorant.com. Pas de problème, je devrais en toute logique pouvoir trouver un nouveau bouton sur ce site. Alors je scrute, je fouille, je relis maintes et maintes fois, sans succès. C’est alors que je me souviens habiter La Réunion, qui pour une raison politique et économique, est considérée comme un territoire séparé de la France.

J’essaye donc de lancer un VPN et me connecter comme étant en France, puis surprise ! Une nouvelle case apparaît et me propose de vérifier l’état de mon accès bêta à VALORANT. Mais comme le téléchargement nécessite une connexion à son compte, donc une géolocalisation automatique, retour à la case départ. Je finis par trouver un post Reddit et par télécharger indirectement le launcher VALORANT. Génial, je peux enfin—

Un composant nécessaire n’a pas pu être installé.

Oui parce qu’il manque une inconnue importante dans cette équation, le nouvel anti-cheat de Riot Games, j’ai nommé Riot Vanguard. En effet, probablement à cause de ce problème de localisation, il m’a été impossible de le télécharger. Imaginez ma frustration, après plusieurs jours acharnés, être bloqué si près du but ? VPN, navigation privée, 4G, j’ai essayé bien des façons et j’aurais bien pu rester bloqué encore plus longtemps si je n’étais pas tombé sur cette vidéo de Jtails.

Pour faire court, il explique que télécharger Riot Vanguard en lui-même, le placer puis désactiver une sécurité essentielle de Windows est la seule solution connue à ce jour pour pouvoir jouer à VALORANT, sécurité qu’il faut par ailleurs désactiver à chaque fois qu’on veut y jouer. Cela semblait farfelu, mais je n’avais aucune autre ressource sur laquelle me baser, et heureusement cette méthode a marché ! Alors après plusieurs games, le jeu valait-il tous ces problèmes ?

Gameplay, graphismes et critiques de VALORANT

Tout d’abord un point important pour comprendre toute la philosophie de VALORANT, c’est CS:GO. Depuis le début de son développement, VALORANT est ouvertement inspiré de CS:GO et il vise explicitement les joueurs de ce FPS. Donc forcément, tout le gameplay en est inspiré. L’utilisation des armes, le motif de tir des armes, le concept de lignes de tir, les bombes et les points, les appellations des cartes ou encore la disposition des cartes…

Bref, forcément, ayant joué 50H à CS:GO, vous pouvez imaginer que j’étais très confortable sur VALORANT (pas du tout, j’étais totalement perdu). Blague à part, le gameplay est prenant, les graphismes sont travaillés et très accueillants, ce qui s’oppose totalement avec la difficulté du jeu. En effet, c’est ma première critique, VALORANT est visé uniquement aux joueurs aguerris ou joueurs de CS:GO. Mais il peine à séduire ces mêmes joueurs, car le système de compétences en fait fuir beaucoup. Les nouveaux joueurs, ou ceux qui n’ont jamais joué à CS:GO seront totalement perdus et n’aimeront pas le jeu.

Autre chose, si son tutoriel est très bien fabriqué et qu’il explicite tous les concepts les plus basiques, il tait en revanche toutes les mécaniques qui sont pourtant indispensables. Il omet par exemple le concept de lignes de tir et l’importance de celles-ci, l’impact du son et comment l’utiliser, comment protéger un point et retarder un push ennemi ou à l’inverse comment setup un push et se soustraire de la pression ennemie. Toutes ces choses parfois si simple, mais si importantes pour pouvoir apprécier le jeu, ne sont expliquées nul part. Ayant peu joué à CS:GO, c’est un des facteurs principaux qui fait que j’ai du mal à accrocher au jeu.

Cypher VALORANT

En somme, VALORANT est un jeu plus qu’intéressant, que ce soit à regarder ou à jouer. Il apporte une touche fraîche dans ce monde si fermé du FPS et possède clairement le potentiel mais aussi l’ambition de devenir le prochain jeu phare de l’esport FPS. Je pense en revanche qu’il devra choisir clairement son public et balancer certaines compétences (Raze on te voit) avec les armes disponibles pour garder son public après que l’âge d’or sera fini. Je trouve tout de même que le jeu en vaut le détour, ne serait-ce qu’un court essai. Si j’ai un seul conseil à vous donner avant de vous lancer, c’est de chercher des gens avec qui jouer, car seul, le jeu est vite agaçant.

Merci d’avoir lu cet article, n’hésitez pas à en parler dans les commentaires ou sur Twitter (@LeNewHumaniste), je parle de Smash ou autres trucs parfois.

Discutez avec nous !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.