Punch Line : Un animé … particulier ?

Bien le bonjour ! Parlons de l’animé Punch Line.

Présentons cet animé rapidement ; shonen comédie – action – ecchi, produit par le studio Mappa et diffusé durant le printemps 2015.

On peut noter que le studio Mappa a aussi produit des animés comme Shingeki no Bahamut, un animé fantastique plutôt sympa.

Si l’on se réfère au notation fournis par les sites MyAnimeList et Nautiljon, on obtient une note moyenne de 7.36/10 ce qui est très correct.

Tout en évitant les spoils, je vais vous donner mon humble avis au sujet de cet animé.

Mon avis se basera sur l’histoire et l’esthétique de l’animé.

Commençons.

Pour ce qui est de l’histoire, elle est assez surprenante. Je dirais qu’aux premier abords, les 6 premiers épisodes peuvent sembler inutiles. Ne quittez pas ! ça s’arrange avec le temps.

On est bombardé d’informations sur le comportement des différents personnages par le biais de multiples situations. Des éléments du style : qui ils sont, quel est leur caractère, quel type de culotte portent les filles de la résidence…

Ah oui, je ne l’avais pas dit ? C’est un animé ecchi ne l’oubliez pas, donc vous verrez plus d’une culotte. Pas de panique, elle ne servent pas que pour le fan service. Le héros a tendance à s’évanouir quand il en voit mais pour une bonne raison (à vous de voir par la suite dans l’animé). Si vous n’êtes pas très à l’aise avec ce genre d’humour japonais, je pourrais vous conseiller de le regarder lorsque vous avez un moment seul. Cela vous évitera des regards de jugement de la part de vos proches.

Une fois arrivé après le 6e épisode, vous verrez que tous ces moments « WTF » prendront du sens. On pourrait dire que c’est long pour avoir un peu d’histoire, mais même de simples évènements comme la vue rapide d’un sous-vêtement féminin auront un intérêt narratif.

L’animé aborde aussi rapidement des sujets comme l’homosexualité et les personnes transgenre. L’histoire ne tourne pas autour de cela mais il est intéressant de noter la présence de ces éléments. A mes yeux, il n’y a pas assez de médias qui osent afficher ces sujets.

Paradoxalement à ces détails qui se révèlent être utile, la fin est un peu floue. Un sujet assez complexe sera abordé et la fin ne permet pas de finir sur une compréhension totale du fonctionnement de ce concept. Je trouve cela dommage mais compréhensible vu le sujet abordé.

Pour ce qui est de l’esthétique, elle est à mon avis très correcte.

On a majoritairement des scènes qui tournent uniquement autour de la résidence des personnages. Malgré cela toutes les chambres possèdent leurs touches personnelles qui définissent la personnalité de chacun des résidents. Il n’y a pas de personnages inoubliables esthétiquement parlant mais ils sont tous corrects et différents. Quand je parle de l’esthétique, je prend aussi en compte l’ambiance globale.

L’animé possède un opening très « catchy ». Pour ce qui est de l’ambiance, je n’ai pas suffisamment fait attention pour la remarquer. Le rythme est sans doute bon étant donné qu’après le 6e épisode je n’ai pas pu m’arrêter de regarder.

Alors Punch Line, cool ou non ?

Si on s’arrête au synopsis, ça ne paie franchement pas de mine. Mais disons que si on a du temps et qu’on veut se laisser tenter, c’est que la magie opère. Vu qu’on ne s’attend à rien, on ne peut qu’être surpris. Je l’étais moi-même à de multiples reprises par l’utilisation des divers éléments de l’histoire au cours de la narration. En plus l’opening est drôle.

Ce n’est pas un animé inoubliable qui va transcender votre vision de l’animation japonaise mais ça permet de passer un bon moment.

J’approuve franchement Punch Line et je vous le conseille ! C’est 12 épisodes seulement en plus.

À  la semaine prochaine pour le prochain article !

Tard+

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.